Alexis Guérin s’offre une revanche !

by adminKBE on juillet 30, 2017

YFRL3533La troisième étape du Kreiz Breizh Elites, disputée en circuit autour de Carhaix, est réputée pour son caractère difficile et incontrôlable. La succession des difficultés à de nouveau été propice à une course de mouvement. Résumé.

Après une étape matinale parcourue tambour battant, les organismes montraient des signes de fatigue et de lassitude à l’heure d’aborder la seconde étape du jour, la troisième du Kreiz Breizh Elites 2017. Il est 16 heures lorsque le drapeau s’abaisse. Ni une, ni deux. Alexis Guerin attaque. Le coureur du VC Rouen est l’un des français en forme en ce moment. Preuve en est, sa troisième place sur le championnat de France Amateurs, il y a un mois, à Saint-Omer, devancé par Flavien Maurelet et Bruno Armirail.

Longtemps seul en tête, Alexis Guérin pourra compter sur le retour d’une poignée de coureurs, à forte connotation danoise. Riwal, VeloConcept et Giant-Castelli plaçant simultanément deux ou trois coureurs chacun. Ils sont alors 18 à l’avant mais l’entente n’est pas parfaite. L’heure de course à peine franchie, sept coureurs ressortent parmi lesquels Sorensen et Wilsly (Riwal), Eg (VeloConcept), Janssens (Cibel), Ruijgh (Tarteletto-Isorex) et les Français Maurelet (Blagnac) et Guérin (Rouen).

Ça ne tourne pas rond dans le peloton à Carhaix

Le peloton, emmené par One Pro Cycling, ne parvient pas à contrôler l’écart qui grimpera jusqu’à la minute et 20 secondes. À ce moment de l’épreuve, tout reste possible. James Oram, vainqueur de la 2e étape et porteur du maillot blanc de leader, tente le tout pour le tout afin de sauver sa tunique. En vain. Il ne reste qu’un tour de dix kilomètres à couvrir et l’écart est de 35 secondes. Les fuyards donnent tout. La victoire attire les convoitises et tout le monde collabore. L’ultime ascension scelle le scénario de cette troisième étape du KBE 2017. Les huit coureurs de tête vont se disputer un succès de prestige.

L’ancien coureur de Fortuneo – Vital Concept, Chris Anker Sorensen s’imagine bien s’imposer sur les terres de son ancien employeur et lance les hostilités à 500 mètres de la ligne. Du pain béni pour ses adversaires. Flavien Maurelet s’engouffre dans la brèche et démarre à 200 mètres du final ! Le Champion de France Amateurs semble pouvoir résister mais d’un dernier coup de rein salvateur, c’est Alexis Guérin qui arrache la gagne. Un cri de soulagement pour le Rouennais d’adoption qui savoure une revanche, un mois après la cruelle déception de Saint-Omer.

FB-17-07-30-IMG_1671Réaction d’Alexis Guerin (VC Rouen 76)
Vainqueur de la 3e étape du KBE 2017

«J’ai fait une Guérin ! J’ai attaqué dès le kilomètre 0 mais je pense que c’était la bonne stratégie à adopter aujourd’hui. Il n’y a jamais de répit sur une telle étape. Anticiper est la meilleure solution et c’est ce que j’ai fait. Même si j’ai de la force pour suivre les costauds, je préfère prendre un coup d’avance. Comme ça, quand je suis rattrapé, je me trouve être l’un des plus forts du groupe. Aujourd’hui, j’ai joué malin. Je ne me suis pas dispersé sur les différents classements intermédiaires au cours de l’étape. Ce n’est pas ce qui m’intéressait aujourd’hui.

Chris Anker Sorensen lance le sprint à 500 mètres de la ligne. Je me suis dit «Sympa ça !». C’était un bon poisson pilote. Puis Flavien (Maurelet) lance son sprint avec le vent de face. J’étais persuadé qu’il allait avoir du mal à aller au bout. Je le passe à 50 mètres de la ligne pour m’imposer. Une belle revanche sur le France. Quand il lance, je me suis dit : «Une fois, mais pas deux !». C’est un joli succès, juste au bon moment.

Ce matin, j’ai dit au kiné de l’équipe que je pouvais gagner sur cette troisième étape et c’est ce qu’il s’est passé (rires). Il m’avait dit après la première étape que j’avais pas forcé. Bon, ce soir, je pense pas qu’il me dise pareil !

Pour le classement général, on verra demain matin. Voir déjà comment je vais dormir, car le repos et la récupération seront particulièrement important. On essayera de la jouer fine et on verra ce qu’il se passera sur le circuit final de Rostrenen. En Bretagne, ne pas avoir le maillot de leader est toujours un avantage. C’est le dernier jour qu’il faut le récupérer. C’est comme en Dordogne, on est toujours en prise donc contrôler est compliqué. Toutefois, Rob (Ruijgh, le leader) est très costaud et peut bénéficier d’une solide équipe. On va voir ce que cela donne !»

Par Josselin Riou
Photo : Yefrifotos

Laisser un commentaire